Accident vasculaire cérébral

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL

 

Un accident vasculaire cérébral, c’est quoi?

Un accident vasculaire cérébral (AVC) correspond à un déficit neurologique survenant de façon soudaine et brutale, dont l’origine est vasculaire et se produisant dans le cerveau.

 

D’où vient-il?

Il existe deux types d’AVC : ischémique, le plus commun, ou hémorragique.

L’accident ischémique cérébral :

Il s’agit d’un infarctus cérébral. Il se produit à la suite d’une ischémie (interruption de la circulation sanguine), due à l’obstruction d’une artère cérébrale ou à destination cérébrale. Cette obstruction est généralement causée par un thrombus (caillot sanguin). Le cerveau est ainsi privé de l’oxygène et du glucose acheminés par le sang, entraînant le déficit neurologique.

L’accident hémorragique cérébral :

L’accident est causé par la rupture d’un vaisseau sanguin dans le cerveau. Cela se produit lorsque ce dernier, souvent préalablement endommagé par différents facteurs fragilisants (alcool, cigarette), est soumis à une trop grande pression. L’hypertension artérielle ou encore la rupture d’un anévrisme cérébral sont des causes d’AVC hémorragiques fréquentes. L’irrigation du sang dans le cerveau est à l’origine du déficit neurologique.

Les facteurs de risque d’AVC sont nombreux, tels que :

  • L’hypertension artérielle;
  • L’hypercholestérolémie;
  • Le tabagisme;
  • L’inactivité;
  • L’obésité;
  • Le diabète;
  • L’abus d’alcool;
  • La consommation de drogues (cocaïne et d’amphétamine);
  • Le vieillissement.

 

Comment le reconnaître?

Des signes précurseurs peuvent survenir peut avant que se produise un accident vasculaire cérébral. Parmi ceux-ci, on relève l’apparition soudaine de :

  • Une perte de motricité ou de sensibilité (engourdissement) dans un bras, une jambe ou la moitié du visage, ou même de tout un côté du corps;
  • Problèmes d’élocution et de motricité buccale;
  • Confusion, difficulté à s’exprimer;
  • Un trouble ou une perte de la vision d’un œil;
  • Maux de tête intenses;
  • Troubles de l’équilibre et de la marche et/ou chutes.

Un AVC peut entraîner plusieurs atteintes neurologiques qui diffèrent selon la gravité de l’accident et la région cérébrale touchée. Du côté des symptômes comportementaux, on répertorie des troubles de la personnalité, du comportement, de l’humeur et de l’inhibition, entre autres. Quant aux troubles cognitifs, il s’agit souvent d’amnésie (partielle ou totale), de troubles du langage et de troubles déficitaires de l’attention et de la concentration entraînant une fatigabilité cognitive et physique.

 

Les solutions d’accompagnement de l’AVC

  1. Profiter de l’aide à la mobilité et à l’accessibilité

Une très grande offre de produits et services de soutien existe, et ce, dans plusieurs domaines. Ils contribuent à améliorer la qualité de vie tant de la personne atteinte que des proches aidants. De nombreuses solutions pour l’aide à la marche et à la mobilité, pour l’adaptation résidentielle ou pour l’aide et le confort à domicile sont disponibles pour l’accompagnement de l’accident vasculaire cérébral. Elles visent à répondre aux petits et grands besoins d’assistance des patients tout en leur procurant confort, indépendance et sécurité.